Accueil > Sorties > Combe Marto, Du Reposoir : Sortie du 24 janvier 2020 par Arno74
Chargement en cours...
Combe Marto, Du Reposoir, vendredi 24 janvier 2020 par Arno74
Conditions de neige
Neige très changeante! Au-dessus de 1800m, on a des zones en poudreuse dense, d'autres en cartons, un peu de croûte...
En dessous, c'est surtout poudreuse dense trafolée mais agréable à skier

Altitude de chaussage (montée) : 1040m mais déchaussage vers 1150m et rechaussage vers 1200m... globalement c'est très sec en dessous de 1300m
Altitude de déchaussage (descente) : 1200m

Activité avalancheuse observée : Rien ce jour, même si le vent a bien cartonné la neige sur certaines orientations au-dessus de 1900m

Skiabilité : Correcte


Récit de la sortie
Il s'agissait d'optimiser le RTT de la semaine! On aurait bien été tenté par faire un tour du côté des Contamines, mais Fab sort son kit de météorologue, étudie les vents et la course des nuages, et m'annonce avec aplomb que ça risque d'être bâché... Donc il me propose une petite Tournette. J'approuve le plan... ça mange pas de pain et c'est toujours efficace!

Il a visiblement cogité toute la nuit, vu qu'au réveil, il me propose plutôt Combe Marto, car la neige sera probablement meilleure! Pas difficile, je valide aussi! Direction le Reposoir avec Fab, Lucie et Cyril.
4-5 voitures au parking.. vue l'étendue du terrain de jeu, on devrait pas être emmerdé par le monde.
On chausse direct au parking. Premier constat: la forêt est vraiment sèche... ça ferait presque peur pour une fin Janvier!
Le chemin passe, jusqu'à un moment où il faut se rendre à l'évidence: quand il y a plus de pierres que de flocons de neige sur le tracé, c'est qu'il faut déchausser!
On fait donc une petite centaine de mètres de dénivelée avec les skis sur les épaules ou sur les sacs, avant de les remettre peu avant Sommier d'Aval.

En sortant de la forêt, le constat ne change pas. On est surpris de l'impression de sécheresse du massif... les crêtes sont bien pelées et les combes n'ont pas l'air plus remplies que ça. Ça ne nous empêche pas de continuer et de faire la traversée, à peine freinés par la classique avalanche descendue de l'Almet.
Avant la bifurcation vers le lieu-dit Combe Marto, la neige change. On se prend des paillettes dans les yeux, et on se prend donc à imaginer une descente quasiment d'anthologie!
Bon au-dessus du chalet, on se rend vite compte qu'au final le BERA avait raison: niveau neige, y a de tout... même si on reste confiant et on se dit que ça ne sera pas aussi "rarement bon" qu'ils l'ont annoncé... faudra juste bien choisir sa voie!

Jusqu'à la sortie du petit goulet avant le plat qui mène à la dernière partie, la trace est efficace.
Puis dans la pente terminale, ça part un peu en freestyle... on a le choix entre une ancienne aux trois quarts recouvertes et une nouvelle, certainement faite par le skieur en train de descendre. Je jongle un peu entre les deux. Au dessus, Cyril déménage dans une neige bien carton. Fab et Lucie, eux prendront le goulet de droite. C'est vrai que les Z m'ont l'air bien plus accueillants que ceux que je parcours en plein milieu de la combe... mais comme je suis déjà trop haut, je suis Cyril, avant de le rattraper après le verrou qui mène à la partie supérieure de la combe.

Le reste de la montée jusqu'au col est débonnaire. On constate qu'on a potentiellement bien fait de ne pas aller sur les Contas, parce que c'est bien bâché!! Idem pour la Tournette, qui nous semble dans la crasse... Crasse qui nous privera quand même de soleil, 1min08 plus tard, d'après Cyril!
On se tâte pour rejoindre Fab et Lucie, mais les voir déboucher du haut du goulet nous freine un peu... Bon, comme l'a dit justement Cyril, si y avait eu 40 de poudre, on aurait pas hésité, mais finalement là, non!
Du coup on passe le temps, en imaginant ce qu'on pourrait manger là tout de suite... de l'omelette avec des croûtons, au gigot d'agneau, en passant par l'entrecôte sauce roquefort! La dalle!
On n'aura rien de tout ça, et l'arrivée de Fab et Lucie coupe court à ses considérations gustatives!

Quelques photos malgré le voile dense, puis on descend. Neige pas évidente sur les 50 premiers mètres, puis bien mieux, avec une belle zone de poudreuse dense!
Ensuite, on hésite entre le goulet, la pente carton ou aller explorer la droite de la combe... Sous l'impulsion de Fab, ce sera la droite. Pas un mauvais choix avec une neige encore bien dense sur fond dure et parfois carton, mais qui reste bien skiable.
Ensuite on décide de suivre la trace de montée. Après le petit goulet, on a le droit à un vrai florilège : dure, carton, poudre dense... physique à skier!! Ensuite, en replongeant au niveau des sapins, à l'aplomb du chalet de Combe Marto, on retrouve quelque chose de beaucoup plus ludique - mais finalement trop court! - jusqu'au départ de la traversée vers Sommier d'Aval.
Pour la fin, c'est du chemin, puis on descend au max, avant que ça soit suicidaire pour les semelles. On terminera à pieds, sauf Fab qui rechaussera au niveau du petit pont pour les ultimes mètres.

Une fois n'est pas coutume, on ira clôturer la session à la Chartreuse du Reposoir! Même pas besoin de demander le biathlon, cette fois! Par contre, cette fois-ci, on aura raté le bol de frites pour 20 minutes! On se consolera donc avec des bières et des chips... valeurs sûres... comme cette Combe Marto!

Pointe d'Almet
Cyril en termine
Les Bornes depuis le sommet de la Combe
Fab arrive à son tour
L'équipe du jour
Accès à la dernière pente

Commentaires
» Par fabi1, le vendredi 24 janvier 2020 à 22:14

Toujours aussi sympa ces compte rendus !
Merci pour ce récit.
La prochaine fois on réserve une table à la chartreuse du reposoir avant de monter :D

» Par Arno74, le samedi 25 janvier 2020 à 17:28

Merci :wink:
Oui je ne vois que d’être option pour être sûr d’être « bien reçu » à la descente :wink:

» Seuls les membres peuvent poster des commentaires sur cette sortie
Plus

La montagne présente des dangers et doit être pratiquée de façon responsable. Les informations contenues sur cette page sont données à titre indicatif et devraient uniquement êtres prises comme telles. Les informations relevées sur le terrain prévalent en toutes circonstances. Vous évoluez dans un milieu naturel fragile, merci de le préserver.