Accueil > Sorties > Col de la Flachère, versant S : Sortie du 03 décembre 2019 par taramont
Chargement en cours...
Au col de la Flachère, un trio qui fait la paire, mardi 03 décembre 2019 par taramont
Conditions de neige


Altitude de chaussage (montée) : 1650m
Altitude de déchaussage (descente) : idem

Activité avalancheuse observée : plaques parties en versant E en contrebas S du col de la Madeleine
Neige ventée et cartonnée versant S du col de la Madeleine
Poudre de rêve (environ 40cm) sur toute la descente de la Combe de la Rave avec un petit début de mince croûte dans les contrepentes S
Quelques rochers émergents à éviter au départ du col.

Skiabilité : Bonne


Récit de la sortie
Sur la page d'accueil de notre site préféré, le boss nous enjoint de « soigner nos comptes-rendus ». Ah bon ? Je ne savais pas qu'ils étaient malades. Mais, maintenant qu'il le dit, je reconnais que certains souffrent d'obésité (les miens en premier!) d'autres de maigreur extrême. D'autres sont affectés de troubles d'apprentissage de l'écriture et parfois je frémis en imaginant le fiston (CM1) jetant un regard par-dessus l'épaule de papa entrant son CR et qui demande : papa, c'est vraiment toi qui a fait ce couloir ? Bien sûr, mon fils. Bravo papa ! Et papa, c'est vraiment toi qui a écrit ces quelques lignes ? Oui, mon fils, c'est mon CR. Eh bien, papa, je ne te dis pas bravo : je vais demander au père Noël de t'offrir un cours de rattrapage de français.
A part ça, je ne vois pas trop de quoi les CR de mes collègues contributeurs seraient à « soigner ». Il y a de la sportivité, de la fantaisie, du factuel, et même parfois du merveilleux et du sensible. Généralement, personne ne s'écarte du sujet puisqu'on parle rarement d'autre chose que de soi. Comment, le sujet n'est pas soi mais la course ? Pourtant depuis que les selfies sont sortis de nulle part, j'ai toujours cru que c'était soi le sujet. Mais maintenant qu'on en parle, j'ai comme l'impression que la mode est en cours de passer ; le contributeur a peut-être fini par comprendre qu'une silhouette lointaine à contre-jour sur fond de glacier étincelant le met plus en valeur qu'un portrait avec visage défiguré et bras de manchot.

Cependant, je ne vais pas traiter la recommandation du boss par-dessus la jambe, surtout après une longue journée de rando (pour moi, elles sont toujours longues). Aussi, vais-je m'appliquer à soigner mon CR du jour à grand renfort de « pensements » aussi factuels que merveilleux.

D'abord les personnages, ensuite le décor, et, pour finir, l'action. Unité de temps, de lieu et d'action. Ça vous va boss ?

Les personnages.
Grand bonheur aujourd'hui. J'ai pu m'entourer de mes deux GRANDES amies. Par discrétion, je ne les décrirai pas en détail. Sachez cependant que l'une est du genre chien fou, l'autre plutôt chamoise élégante. L'une pinson des arbres, l'autre grive musicienne. Pour mon plus grand confort, leur ardeur à la trace est sans faille, leurs montées efficaces et leurs descentes un éblouissement.
Autres personnages : deux acteurs non prévus au programme entrent dans l'action dans la Combe de la Rave : un guide savoyard et son fils.

Le décor.
Grand choc aujourd'hui. Après le gris Chartreuse, la neige gorgée d'eau et la faune sous-marine menaçante, tout ceci ne datant que d'hier, on prend LA lumière en pleine poire dès qu'on émerge de la couche nuageuse sous laquelle les vallées alpines ont croupi toute la journée. Paniquée, l'une de mes comparses recherche fébrilement ses lunettes de soleil, se rend compte qu'elle les a oubliées, veut reconstituer sa pelle, voit qu'elle n'en a que le manche, veut boire un coup et doit reconnaître que l'eau est restée dans sa voiture. Première sortie de la saison : excuse recevable.
Le parking de Longchamp 1650 est une banquise. Ne manquent que les pingouins. La station se prépare. On sent une effervescence sous-jacente. Et on nous informe que demain il ne sera pas question de randonner dans le secteur. C'est le jour J du déclenchement préventif d'avalanches. On se félicite d'être venues aujourd'hui.
Au col de la Madeleine : un restaurant d'altitude « La Banquise » rappelle la rigueur des lieux. On me fait poser devant....Le col offre une exceptionnelle vue panoramique. Je n’énumérerai pas tous les sommets qu'on distingue côté S comme côté N. Ce serait fastidieux. Mais cette guirlande de crêtes, de sommets, de vallons que la neige récente magnifie vaut de loin les artificielles guirlandes de Noël qui commencent à fleurir dans les vallées.
A partir du col, on entre dans un autre monde pour peu qu'on tourne le dos à la station de Valmorel. Devant vous se déroule la Combe de la Rave pour aboutir à votre destination, le Col de la Flachère bordé par la formidable Tour de la Flachère et le tout aussi imposant Rocher du Grand Jet. La neige est féerique. Et un peu plus haut, le Grand Pic de la Lauzière joue à merveille son rôle de star du secteur.

L'action.
On pourra la qualifier d'enlevée, efficace, décidée et enthousiaste pour mes coéquipières. S'agissant de moi, on gardera « décidée » et « enthousiaste ».
Chaussage : à Longchamp 1650 au lieu de la Pérelle parce qu'un peu dissipées, nous sommes entrées dans la station au lieu de la contourner.
Montée au Col de la Madeleine : vent frais de face, enneigement suffisant mais venté.
Traversée sur la Combe de la Rave : inutile de rester trop haut comme nous l'avons fait, cela vous oblige à redescendre d'une quarantaine de mètres car une grande marche surgit soudain devant vous.
Combe de la Rave : entrée dans l'action des 2 acteurs supplémentaires. N'ont pas été de trop pour relayer Cess à la trace. Celle-ci était une tranchée profonde menaçant de nous faire botter et parfois réalisant ses menaces. De la sueur a coulé.
Col de la Flachère : un doute persiste, nous étions au point le plus bas entre deux sommets appartenant à la même arête, mais en regardant la carte, on a l'impression que le col de la Flachère est juste adossé à la Tour de la Flachère. Cess y est allée par acquit de conscience.
Descente : une fois évités les quelques rochers émergents juste sous le col, neige de cinéma jusque dans le bas de la Combe de la Rave. Petite remontée sous le col dans l'ombre de l'après-midi. Descente dans une lumière dorée et une neige cartonnée du col à la voiture.

Ça vous va comme ceci boss ? Dans le cas contraire, je reprendrai mes fantaisies habituelles.

il contemple Belledonne
le vent est un artiste1
une foulée efficace
le vent est un artiste2
au col
la marmotte s'est endormie devant la mer de nuages
vue vers la Vanoise
au col
au col
sous la Tour de la Flachère
en quittant St François Longchamp

Commentaires
» Par Thierry38v, le mercredi 04 décembre 2019 à 07:48

Que du beau monde à la Flachère... :wink:

» Par cathy et jean yves chaboissier, le mercredi 04 décembre 2019 à 09:38

Qu'ils émanent d'une traversée France/Italie, d'une virée sous les tropiques voire de tout près de chez nous, tes CR sont toujours Waouh !!! Vivement le prochain ...

» Par Olivier -R-, le mercredi 04 décembre 2019 à 09:41

Voilà un CR soigné!

» Par jeanluc, le mercredi 04 décembre 2019 à 12:51

Ca manque de selfies je crois pour être totalement soigné... :D :P

» Par p1p1, le mercredi 04 décembre 2019 à 17:20

D'aucuns aimeraient être soignés pour avoir cette si belle plume (au moins votre serviteur !) :lol: :wink:

» Par thierryg, le mercredi 04 décembre 2019 à 18:50

je vois pas les spatules des skis Barbie ? ( :cool: )

» Par billyolive, le mercredi 04 décembre 2019 à 22:53

Belles toiles éphémères que nous fait admirer cet artiste qu’est le vent :cool:

» Par HDlameije, le jeudi 05 décembre 2019 à 09:14

On est heureux de lire des phrases qui ont un sens, voire plusieurs, bien tournées, sans fautes. Mais cela demande du temps pour la grande majorité, et surtout du cœur et de la sensibilité :roll:

» Par taramont, le jeudi 05 décembre 2019 à 11:11

merci à tous pour vos chaleureux commentaires
thierryg : je ne veux pas faire de publicité cachée pour ma poupée fétiche, là juste avant Noel
billyolive : j'en avais d'autres de l'artiste vent mais avec mon modeste déniv, je n'avais droit qu'à 11 images

» Par janic, le jeudi 05 décembre 2019 à 15:04

Bien ! Un bon plan, une bonne description des faits, un ensemble lumineux mais ampoulé, dommage, cela pâtit d’un manque d’esprit !... Le boss est exigeant, serait-il Hugo ? Pas le marchand de fringues, non, le politico-romancier !
Mlle Taramont, devra se ressaisir pour affronter un second trimestre et faire ses preuves pour mériter les étoiles qui lui sont si souvent attribuées.

» Par Cess, le jeudi 05 décembre 2019 à 16:22

Ouafff ouaff

» Les commentaires sur cette sortie sont verrouillés
Plus

La montagne présente des dangers et doit être pratiquée de façon responsable. Les informations contenues sur cette page sont données à titre indicatif et devraient uniquement êtres prises comme telles. Les informations relevées sur le terrain prévalent en toutes circonstances. Vous évoluez dans un milieu naturel fragile, merci de le préserver.