Accueil > Sorties > Grand Roc, versant sud-ouest : Sortie du 20 avril 2018 par alain niala_69
Chargement en cours...
Trois jours de tempête de ciel bleu en vanoise, du mercredi 18 au vendredi 20 avril 2018 (3 jours) par alain niala_69
Conditions de neige
Conditions de neige printanières J1 et J2 très bon regel le matin et bien revenue dés 11h J3 le regel est moins bon et manteau neigeux déjà très humidifié vers 10h30 en face exposée au soleil à 3100 m

Altitude de chaussage (montée) : 1530 m
Altitude de déchaussage (descente) : 1540 m

Activité avalancheuse observée : RAS à nos horaires de passage
Anciennes purges un peu de partout

Skiabilité : Bonne


Récit de la sortie
Itinéraire suivi : cf descriptif

Trois jours de tempête de ciel bleu
en Vanoise

J1: Départ d'Aussois /remontées (grand jeu - l'Armoise - Fournache ) / Vallon de la Fournache /Pointe de Bellecote /Vallon de la Fournache (cote 2650 m) /Col de la dent Parrachée/Sous le Grand Châtelard / Refuge de la dent Parrachée

Nous, Bernard, François, Cyprien, Paul, Joëlle, Fabienne, Sylviane, partons à la fraîche de l'AS destination Aussois. Pour Delphine ce sera une grasse mat puisque nous la retrouvons à Aiton.
Une arrivée à Modane pour la traditionnelle pause viennoiseries et cafés ou a thés, une vraie religion. Il est 9h nous embarquons pour le grand jeu, sans peaux, skis aux pieds, puis l'Armoise. La suite sera qualifiée d'échauffement à la lyonnaise : descente à vous faire tomber les chaussettes … remontées en escalier, pas de patineurs (non il n'y en avait pas dans le groupe). Et la !!!! au loin en contrebas les sièges de la Fournache sont à l'arrêt, bon ben on dénivellera plus tôt que prévu. On s'apprête à mettre les peaux lorsqu'on entend SA FONCTIONNE. Ni une ni deux on plonge dans la pente, on ne sait jamais elle pourrait s'arrêter. Encore un peu de glisse avant de peauter premier, si si il parrait qu'il va y en avoir plusieurs, objectif de la journée le col de la Faculta. Nous remontons le vallon de la Fournache, bon grip la tête au soleil et des visages réjouis. Nous foulons de la poudreuse dans la montée finale vers le col, mais un joli triangle, pentu et vêtu de son manteau blanc, nous fait de l'oeil, ce sera donc direction Pointe de Bellecôte. Vous vouliez des conversions ? vous allez être servis, c'est bon Paul ... . La qualité de la neige espérée n'est pas au rendez vous, une croûte cassante suffisamment épaisse pour en embêter plus d'un dans une pente de ...30°. « Comment cela 30° »..… « non non plutôt 36° !!! ». Le commentaire ne tarde pas « comment cela tu mesures les pentes au degré toi avec tes battons ? » La réponse ne se fait pas attendre. Non pas au degré mais par tranche de trois degrés ...(pour 10 cm en retrait de la pointe du bâton vertical par rapport à la marque dans la neige.... vous avez trois heures pour résoudre le problème).Nous faisons donc demi tour à quelques mètres sous le sommet. A la descente du petit bonheur pour certains, du fait comme je peux pour d'autres mais toujours dans la bonne humeur pour toutes et tous surtout dans le secteur poudreux. La suite de la descente du vallon de la Fournache orientée S SO se fera sur une moquette 5*. D'une décision collégiale nous reportons le casse croûte, le vrai cette fois ci pour remonter rive droite le même vallon pour le col de la dent parrachée. Le soleil commence à bien chauffer à tel point qu'on s’arrêtera au début du couloir, menant au col, déjà ravagé par d'anciennes coulées. Superbe descente, et surtout l'occasion de chercher du pentu ce qui ne gâche rien bien au contraire ce sera pour toutes et tous avec de grand smiles. Maintenant, il est l'heure de s'alimenter et de s'hydrater, seuls au monde dans un cadre toujours aussi magique. On prendra le café au refuge et c'est reparti dans une neige bien imbibée …. help help .. direction les contres pentes rive gauche ou l'on retrouve une sous-couche dure. Une « bonne » traversée main droite sous le Grand Châtelard pour arriver au refuge. Le café se transformera en une mousse bien méritée, sérieux !!!! oui presque pour tout le monde.
Du bon ski de printemps pour cette première journée.
La suite sera, après avoir fait connaissance avec le maître ds lieux, un personnage ce Franck, la prise de possession des lieux en travaux d’agrandissements, donc pas de douche ni de lavabo et des WC extérieurs !!!!. Lecture pour certains et contemplations ou sieste pour d'autres avant le dîner seront nos activités de fin de journée. Notre trio de choc consulte Mme Irma, quel sera notre avenir pour le lendemain ? Un premier tirage nous annonce un soleil matinal en face Est pour une première montée puis une lune en face Ouest pour une seconde montée. Mais notre bateleur bien plus joueur en décidera autrement, ce sera un tour par les faces cachées du soleil (col Labby, glacier de la Mahure) pour terminer par celle bien plus chaude par une bascule au Col du moine.

J2: Refuge de la dent Parrachée/ Glacier de Labby (plan de la gorma)/ Plan du Chardonneret/Col de Rosoire/Refuge du fond d'Aussois /Refuge de la dent Parrachée

Il est 6h du matin, d'un pas feutré le maître des lieux vient nous souhaiter d'une voix douce (aurions nous abusé du genépi ? ) une bonne journée . Un petit déjeuner toujours dans la bonne humeur ,second effet génépi, et c'est parti pour une deuxième journée sous un ciel bleu sans nuage, le regel est très bon et très rapidement les couteaux seront de sortie pour attaquer le programme concocté par notre bateleur, direction col de Labby …. « Allez allez on ne traîne pas il y a une peu de longueur ». Arrivé sur le haut du glacier de Labbyy on refait le point, la traversée montante au col est ravagée, redescendre sur le glacier de la Mahure remonter sur le col du moine sera hors horaire (nous sommes 9, enfin pas tous ...), ou faire l'aller retour sera sans intérêt sur le plan de la qualité du ski.Nous dépeautons et glissons sous la pointe de Chevrière les contre-pentes main droite sont en neige bien revenue, un régal des papilles. Un lagopède en vol et deux chamois plus loin nous repeautons pour le col de Rosoire ou pointe de Chevrière. Méfiat à ne pas trop coller la Roche Chevrière qui est ravagée par quelques coulées et une plaque que partiellement partie, un gros reste en suspension. Vers 11h30 le col est atteint, la face sous la pointe est bien arrosée par le soleil avec une neige déjà bien humidifiée. Descente en rive droite au plus prés de la roche Chevrière jusqu »au bout vers 2400m. Bis répétita pour la régalade, nous cassons la croûte au refuge du fond d'Aussois, la qualité du ski était au rendez vous. La suite est des plus classique avec la remontée au refuge de la dent Parrachée pour aller lézarder sur la terrasse. Les fins d’après midi se suivent et se ressemblent et cela n'est pas pour nous déplaire même si une température un peu plus basse nous aurait permis d'en prendre encore plus de plaisir, oui c'est un peu addictif. La question du soir : que nous réserves Mme Irma ? Heureusement le bateleur à plus d'un tour sur sa carte direction col de la masse puis suivant les conditions soit le petit râteau d'Aussois soit le grand Roc. La nuit porte conseil et la qualité du regel aussi .

J3: Refuge de la dent Parrachée/Au-dessus pont de la Sétéria/Col de la Masse/ Cote 2930/ Grand Roc (par l'arrête)/descente SE S /Combe E point 2450m / Plan d'amont rive droite/ plan d'aval Rive gauche /Piste de l'Ortet/Aussois

Même équipe, même lieu en ce troisième jour et même refrain «  il est 6h messeigneurs je vous souhaite une bonne journée » et nous voilà attablé pour prendre notre petit déjeuner. Encore un ciel bleu cela devient lassant, … non non je déconne … , par contre le regel de cette nuit est moins efficace que les autres jours et pas un souffle de vent. Nous aurions du nous lever une heure plus tôt !!!. Nous ne traînons pas, pas le temps de peauter et c'est pas la peine puisque nous nous glissons dans la pente sous le refuge, enfin façon de parler car c'est plutôt séance de table vibrante ou de tombe chaussettes. Cette séance de mise en jambes se termine au dessus du pont de la Sététria. Une montée au point 2930 m au dessus du col de la Masse se fait sous un regard insistant d'une marmotte et sous la surveillance de deux chamois. Nous atteignons ce Point vers 9h45, mais quelle calor déjà . Notre choix se porte sur la belle pente du grand Roc. Nous suivons l’arrête séparant la combe SO de la Masse et celle S sous le col du même nom. Le soleil cogne fort trop fort et toujours pas de vent cela n'arrange pas nos affaires, nous dépeautons vers 3100 m pour profiter d'une neige revenue à point et pour signer de nos enchaînements non retenus se versant S SE puis E. Notre bonheur sera quelque peu atténué à partir de 2450m ou la neige s'humidifie de plus en plus en profondeur. Elle deviendra franchement lourde dans la combe au_dessus du plan d'amont. Aprés un bref déchaussage vers 1900m on retouve le chemin des raquettistes qui nous emmène jusqu'à la piste de l'Ortet. Une soupe de printemps qu'il est agréable de skier jusqu'au bas, évidemment dans le lot il y en à deux qui ne peuvent s’empêcher et qui se tirent la bourre. La couche de neige sur la piste est encore bien épaisse elle sera encore praticable pendant un bon moment .

Encore de biens belles découvertes dans secteur de la dent Parrachée, nous reviendrons lorsqu'il fera un peu moins chaud et lorsque le refuge ne sera pas gardé ;-) pour une autre ambiance.

Alain


Commentaires
(pas de commentaires)» Seuls les membres peuvent poster des commentaires sur cette sortie
Plus

La montagne présente des dangers et doit être pratiquée de façon responsable. Les informations contenues sur cette page sont données à titre indicatif et devraient uniquement êtres prises comme telles. Les informations relevées sur le terrain prévalent en toutes circonstances. Vous évoluez dans un milieu naturel fragile, merci de le préserver.