Accueil > Actus > Oscillations of the baseline of solar magnetic field and solar irradiance on a millennial timescale | Scientific Reports
 
+14
Oscillations of the baseline of solar magnetic field and solar irradiance on a millennial timescale | Scientific Reports

Proposé par Legazier le 06.07.2019, publié le 07.07.2019 :: www.nature.com :: 1703 vus :: 309 clics :: 7 commentaires :: Nature et Ecologie

Cette chercheuse ukrainienne travaille à l'université de Newcastle sur les oscillations de la ligne de base du champ magnétique solaire et sur la quantité de rayonnement solaire qui frappe la Terre. Ce dernier point est considéré comme négligeable par rapport au CO2 par les modéles du GIEC. Or elle démontre que cette quantité monte depuis la période très froide dite "minimum de Maunder". Et que cette augmentation est fortement correlée à celle de la température moyenne du globe.
Qu'en pensent ceux qui sont les plus calés dans ce domaine? Est crédible? »
Commentaires
» Par Pour une fois.., le 07.07.2019

Il ne faut pas toujours répondre mais pour une fois... Il est dit en fin d'article "These oscillations of the estimated terrestrial temperature do not include any human-induced factors, which were outside the scope of the current paper."
Oui le soleil est responsable de certaines variations climatiques naturelles... cet article ne tient pas compte des variations de C02 anthropique des 150 dernières années (qui sont unique en amplitude/force depuis... euh des millions d'années)... bref cet article ne dit pas qu'il va faire plus froid à partir de 2020...mais que peut être si on avait pas foutu le bordel dans le C02 atmosphérique cela serait le cas. Ce type de travail permet aussi d'améliorer les modèles globaux car il permet une avancée dans la compréhension du système climatique, par contre il va être repris (sans doute) par tout les climato-sceptiques qui vont lui faire dire autre chose que les conclusions des auteurs... genre que Socrate est un chat.
Pour ce qui est de la crédibilité de cet article, si le processus scientifique est respecté ce qui est dedans doit être "juste"... c'est souvent le cas dans cette revue. Par contre conclusions qui sont tirés "ensuite" à partir de ... ne le sont souvent pas.
A ce propos, tout le monde connait les climato-sceptiques, les vaccins sceptiques, les voyages sur la lune sceptique...par contre personne ne dit " tout les scientifiques du monde se trompent, il est impossible de mettre des milliards de milliards de données sur un truc de la taille d'un timbre poste"... pourtant les mêmes scientifiques et laboratoires (ou presque) sont impliqués dans le recherche climatique ou électronique sur les semi-conducteurs...

» Par Jer, le 07.07.2019

Un air de déjà vu. À l'époque, des contre-arguments à propos du refroidissement avaient été avancés.

» Par Pour une deuxième fois, le 07.07.2019

Merci Jer... en effet, "ils" utilisent ce genre d'articles...pour leurs faire dire ce qui n'est pas dedans, l'article en lui même semble très bon. Ton lien est un bel exemple, la technique étant d'en faire beaucoup sur tout les sujets afin d'aller plus vite que les "contre arguments"... d’où l’intérêt de penser au chat "Socrate" !

» Par Vivagel, le 08.07.2019

Douilloux se pique, heu comment dire, innegliche, n'ayons pas peur des mots ?

» Par jpc, le 08.07.2019

OK avec "Pour une fois". Oui, le facteur "soleil" est connu et intégré depuis longtemps dans les travaux sur le changement climatique (dont ceux du GIEC) : un ami astrophysicien m'en parle depuis des années(-lumières?). Et cet article précise bien qu'il n'étudie pas toutes les causes de variations climatiques. Mais c'est bien d'être informé pour éviter le simplisme :-).

» Par Legazier, le 08.07.2019

Ce qui m'a intéressé dans ce document, c'est justement évoquer le facteur naturel.
Pour "éviter le simplisme", je suis bien d'accord avec jpc.

» Par Pilator, le 12.07.2019

"Ils" s'opposent au dogme, il y a encore des personnes pour émettre un doute ???