Accueil > Actus > En 2100, il ne resterait plus aucun domaine skiable offrant des conditions de neige naturelle fiable
 
0
En 2100, il ne resterait plus aucun domaine skiable offrant des conditions de neige naturelle fiable

Proposé par leded le 05.05.2019, publié le 05.05.2019 :: www.ledauphine.com :: 3129 vus :: 778 clics :: 34 commentaires :: Nature et Ecologie

Pour la première fois, deux études scientifiques, menées par des chercheurs de Météo France et de l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (Irstea), intègrent »
Commentaires
» Par Legazier, le 05.05.2019

Le rapport AR4 de 2007 prévoyait + 6,4°C.
Et Schneider, fondateur de "Climate change", auteur principal du 3e rapport du GIEC écrivait en 1970:"la menace climatique pourrait être aussi terrifiante que tout ce à quoi nous pourrions être confrontés..."
Sauf qu'il prophétisait un refroidissement jusqu'à -3,5°...

» Par Michel Denizot, le 05.05.2019

Sans vouloir créer de polémique, et avec tout le respect pour cette étude, je ne peux m'empécher de trouver ironique que les études faites sur le changement climatique utilisent des ordinateurs qui seraient eux-memes en partie responsables pour une partie du changement climatique -> en terme d'énergie consommée, et par la fabrique de leurs components en amont, en particuliers les semi-conducteurs.
Notez que je plaide coupable car je travaille pour cette industrie :(
Comme on dit par chez moi "Damned if you do, damned if you don't".

» Par raphi73, le 05.05.2019

Ouai...je me souvient qu'à la fin des années 80/début 90, avec plusieurs hivers secs, "on" prédisait la fin de l'enneigement en moyenne montagne et donc la fin de la plupart des stations de ski dans les 20 ans ...30 ans plus tard, elle sont toutes (a quelques rares exceptions près) toujours la, et se sont même étendues à outrance...

» Par nicom, le 05.05.2019

oui les stations de moyennes montagne sont toujours là.... enfin certaines... mais à quel prix pour la collectivité?

» Par superpapa, le 05.05.2019

l'humanité doit pouvoir survivre sans ski

» Par Charic, le 06.05.2019

Depuis les années 70, 80, 90, les modélisations météo et surtout les puissances de calcul permettant de les faire tourner ont quelques peu évoluées.
Il y a de fortes chances qu'elles soient bien plus fiables à l'heure actuelle, c'est pas très confortable mais c'est la réalité...

» Par l'invité, le 06.05.2019

Suis toujours étonné de ces commentaires (je parle des trois premiers ci-dessus) qui, plus ou moins, cherchent à instiller des critiques, une défiance, voire une contestation, au sujet des études sur les changements climatiques à venir suite à un réchauffement sur lequel la communauté scientifique n'a plus aucun doute. Non, messieurs, on va maintenant dans le "dur" et les mesures prises, quand elles le sont, ne sont absolument pas à la hauteur des enjeux. La survie de l'humanité est clairement en jeu et on tergiverse, on chipote, on temporise, alors qu'il faudrait mettre en place un plan marshal mondial. Il est peut-être déjà trop tard, vu que le réchauffement à venir de 2° est maintenant inéluctable, et que +2° au niveau de la planète, ça fait du +5 à +6° au niveau des continents, vu l'effet "rafraîchissant" des océans, et que de telles hausses moyennes impliquent déjà que de nombreuses régions deviendront inhabitable (sécheresse, chaleur...).

» Par sousou, le 06.05.2019

C'est une réalité depuis 30 ans au moins, que la population ne veut pas voir, car cela est flippant. Il fallait changer notre comportement quotidien depuis bien longtemps, avant que seul l'argent n'ai pris définitivement le pouvoir. L'évolution de l'enneigement et des stations de ski par conséquent n'est qu'une petite part des conséquences du changement que l'on vit, et qui ne fait que commencer. Rien n'évoluera dans le bon sens, au contraire, la population mondiale ne faisant que croitre, avec l'envie toujours croissante de consommer plus, se déplacer sans compter et réfléchir...Nous pourrons tous sortir les meilleures idées et pensées positives, le résultat est déjà là.

» Par Comme d'hab, le 06.05.2019

C'est quoi le problème s'il y avait moins de neige pour aller skier dans 80 ans ?

» Par Droit dans le mur, le 06.05.2019

Ben le problème, "Comme d'hab", c'est que si il n'y a plus de neige pour aller skier dans 80 ans, .... il n'y aura plus d'eau... non plus, pour boire..., et irriguer ton cerveau (ou plutôt celui de tes descendants).
Ben oui, il n'y aura plus d'eau..., mais c'est pas grave hein, l'eau, ça sert à rien?!!!

» Par À Quoi Bon, le 07.05.2019

Plus de neige ne veut pas dire plus de précipitation.
Notre extinction est irrémédiable et elle a commencé il y a fort longtemps, nous sommes les nuisibles invasifs par excellence.
L'écologie aujourd'hui me fait penser à un groupe de gens sur le Titanic qui hurlent sur les autres "allez tous chercher des seaux pour écoper sinon on va couler !!!"
Permettez moi d'aller fumer une derniere clope sur le pont supérieur, tranquillement ...
Je précise à l'intention des ecolo fashisants qui je fais attention à tout ce que je fais mais ... À quoi bon !
Bise

» Par Legazier, le 07.05.2019

Pour invité:
ne sois pas étonné! Il semble qu'il y ait plus de publications dans des revues avec comité de lecture de travaux "climatoseptiques" que de "convaincus". Climatoseptiques: qui pensent que le réchauffement est loin d'être si important, qui pensent que le co2 n'est pas forcément responsable, qui pensent que les activités humaines ne sont pas forcément responsables, qui pensent que ce n'est pas forcément la fin du monde.
Pour ma part, je ne conteste pas la fonte de la Mer de Glace même si sur les gravures du 19e siécle et sur les photos du 20e je peux voir que cette fonte ne date pas d'aujourd'hui.
Je ne remets pas en cause toute une attitude de vie respectueuse de la nature dans la mesure de mes moyens.
Ce qui me gêne, comme je l'ai déjà écrit, c'est la propagande.
En Corée du Nord, ceux qui savent que le hamburger existe sont persuadés que c'est le grand leader qui l'a inventé, comme l'électricité d'ailleurs.

» Par Monsieur hauser, le 07.05.2019

Plus je réfléchis, plus je me dis que l'enjeu n'est pas la survie de l'humanité. l'humanité vit au sahara, au kalahari, ou en Sibérie, on s'adaptera.

L'enjeu clairement c'est la répartition des populations. Il faut accepter qu'à +3 °c, des zones deviendront inhabitables et qu'il faudra accueillir dans d'autres zones les gens qui vont partir. Des zones entières vont devenir bien plus hospitalières, cultivables. Il faut juste accepter que l'humanité va devoir migrer.... ce qu'elle a fait depuis Lucy et Toumai, c'est dans notre ADN

» Par jkalis, le 07.05.2019

L'humanité est devenue sédentaire avec l'avènement de l'agriculture, c'est-à-dire il y 10000 ans, bénéficiant d'un climat particulièrement stable jusqu'à présent, et permettant aujourd'hui de nourrir les 7 milliards que nous sommes.
D'après les spécialistes, pas sûr du tout que l'agriculture résiste à des changements climatiques aussi rapides, et donc qu'on sera encore capable de nourrir la population mondiale.

» Par Tarin, le 07.05.2019

Et aujourd'hui, sans l'enneigement artificiel, quel serait la durée rèelle des saisons en stations de ski?? D'ici 2100...et bien qui vivra verra :)

» Par Tarin, le 08.05.2019

Il serait quand même intéressant d'avoir l'avis de Laurent Bulshit président de Aura et de son conseiller à l'international, expert en développement touristique Chinois lol

» Par Nicom, le 08.05.2019

l'écologie... où comment faire culpabiliser les gens concernant leur comportement. Perso je pense faire pas mal d'effort et attention à ce que je fais, je peux surement faire mieux. Mais quand on écoute la radio on se demande à quoi ça sert et si on nous prend pas pour des cons. La dernière fois j'entendais des scientifique qui disait que l'espace était pollué par à cause de tout ce qui a été envoyé. Une des solution? faire retomber ces pollutions dans les océans....qui ne sont bien sûr pas récupéré. Le problème n'est pas de savoir si on pourra skier dans 100ans (déjà on sera plus là) mais comment nos enfants vont pouvoir vivre dans ce monde, là je les regarde jouer et je me fais du souci pour eux.

» Par polente, le 09.05.2019

https://www.franceinter.fr/emissions/grand-bien-vous-fasse/grand-bien-vous-fasse-09-mai-2019

Tout est là...
Un exemple simple: le Nutella.
Il suffirait qu'on se passe de cette merde pour que notre santé et les forêts se portent mieux, ce serait simple! Mais il fait partie du régime alimentaire de l'Homme moderne. Si ceux qui en mangent ne peuvent pas s'en passer, comment pourraient-ils faire de vrais efforts?

En même temps ça ne veux pas dire qu'il ne faut rien faire. Et la sélection naturelle a toujours privilégié ceux qui s'adaptaient. Si le titanic coule, ne fumons pas sur le pont, apprenons à nager!

» Par Francis, le 10.05.2019

"Si le titanic coule, ne fumons pas sur le pont, apprenons à nager!"

C'est profond ça.

Une chose est évidente, les formidables défis écologiques auxquels nous faisons face ont le don de révéler la nature de chacun.

» Par Monsieur hauser, le 10.05.2019

"Un exemple simple: le Nutella.
Il suffirait qu'on se passe de cette merde pour que notre santé et les forêts se portent mieux"

celle là elle est énorme. Si c'est pas de l'huile de palme qui serait cultivée, ce serait autre chose... Tu es au courant que la France était recouverte de forêts à l'époque gallo romaine ? Encore un coup du Nutella...

» Par Polente, le 10.05.2019

C'est quoi qui t'embête dans ce que je dis? L'Homme n'est pas capable de ne boire que de l'eau, où de manger sobrement. Il lui faut de la pâte a tartiner, du soda et de la viande... Comment peut on lui demander de vrais efforts derrière ca? Pour les forêts gallo romaines, ce serait pas cet idiot d'Homme qui les aurait coupées? Pour faire de la monoculture?

» Par Serge, le 11.05.2019

C’est quoi le problème de manger de la viande ou même simplement de la confiture de noisettes ?
Je ne mange pas de Nutella mais il ne faut vraiment rien avoir à faire pour attaquer Nutella sur une histoire de forêt.
Va faire tes confitures et arrête de gonfler pour ne rien dire.

» Par Serge, le 11.05.2019

L'Homme n'est pas capable de ne boire que de l'eau, où de manger sobrement. Il lui faut de la pâte a tartiner, du soda et de la viande...

J'ai quelques poules pour les oeufs et la viande. Elles servent également à recycler mes restes. Je fait également de l’alcool de noix, du génépi, des jus de fruits. J'ai même une machine à bulles permettant de gazéifier mes jus de fruits.
C'est quoi le problème ?
Des voisins ont des lapins pour la viande, une petite vigne pour le vin.

Sans déconner. Le plaisir de la bouffe existe depuis que l'homme existe. C'est très bien comme cela.

» Par polente, le 11.05.2019

"il ne faut vraiment rien avoir à faire pour attaquer Nutella sur une histoire de forêt."


Serge! tu déconnes en disant ça, hein?

» Par polente, le 11.05.2019

En fait tu prends n'importe quel produit de grande consommation, et tu t'aperçois:

1) que ça contribue à détruire un bout de planète. (attention, même si c'est pas chez nous ça compte aussi).

2) que tu pourrais t'en passer. Après si le plaisir personnel que tu prends à bouffer de la viande qui a bouffé du soja OGM qui lui même a bouffé un morceau d'amazonie en expropriant les autochtones, est irrépressible c'est dommage…

Note bien que ceci ne vaut pas si tu manges le lapin de Gérard ton voisin.

» Par Legazier, le 11.05.2019

La déforestation n'a pas que servi pour récupérer des surfaces cultivables. Elle a aussi été pratiquée pour lutter contre les loups par exemple.(Samivel, "le Grand Oisans sauvage")

» Par Serge, le 11.05.2019

Bien évidement que tous produits (grande ou petite consommation) conduit à détruire un bout de la planète. C'est la même chose avec mes poules, le lapin de mon voisin, ou quoi que tu fasses
C'est simplement le 2ème principes des lois physiques de la thermodynamique. Le désordre ne peut que croître et la "qualité de l’énergie" ne peu que diminuer au fil du temps.
Si tu ne souhaites pas détruire un bout de planète, il faut te suicider.

Dans une certaine mesure, les productions industrielles sont même moins dommageable car constamment optimisés pour être plus efficient afin d'avoir les meilleurs rendements à moindre coût.
Je suis intimenent persuadés que mes poules, mes oeufs, les lapins du voisin ont un éco-bilan globale moins bons que les produits industrielles quand on ramène cela au kilogramme de protéines. Mais comme dirait JPC, "Mais c'est d'la merde". En réalité, c'est surtout standardisé.
L'homme est fait pour manger de la viande, des noisettes, des fruits ....
Que cela soit avec Nutella ou du Soja OGM, ce n'est pas le fond du problème. Le fond du problème est avant tout les 7 milliards d'humains souhaitant consommer (et se faire plaisir en mangeant). Que cela soit de la pâte noisette de Nutella ou ma confiture de noisette ne change quasiment rien au sujet.

» Par Monsieur hauser, le 11.05.2019

serge a dit ce que je voulais dire.
Je peux tout à fait me passer de Nutella. Mais les 500 kcal de Nutella que je ne vais pas manger, je vais les manger ailleurs. Viande, pates ou autres qui elles aussi sont destructrices de forêt. Le pire étant la viande bien sur. Par ailleurs il est possible que remplacer le nutella (fort pouvoir calorique, process de production optimisé)par un autre produit risque au contraire de consommer plus de ressources. C'est bien plus compliqué que ca en a l'air.

Seule solution, se suicider ou bouffer son compost, (ou son cadavre comme dans Soleil vert).

» Par pingouin, il y a 8 jours

Dans une certaine mesure, les productions industrielles sont même moins dommageable car constamment optimisés pour être plus efficient afin d'avoir les meilleurs rendements à moindre coût.

Le meilleur rendement à moindre coût, c'est toujours plus dommageable pour la planète.
Pour l'agriculture intensive par exemple, ça consomme énormément de pétrole, d'eau, de pesticides, ça ravage les sols. Mais c'est efficace, au moins à court terme, et pas cher car ça demande beaucoup moins de main d'oeuvre. L'impact environnemental n’apparaît pas (ou trop peu) dans le prix, c'est bien le problème, dans toutes les industries.

En produisant toi même ou en consommant local, tu évites en plus le transport qui est une grosse partie du problème.

» Par Polente, il y a 8 jours

La thermodynamique des fluides et la théorie du chaos n'ont rien a voir dans la destruction d'une planète en 150 ans. Plutôt que les idées fumeuses de Munter sur le réchauffement, je préfère Lavoisier "rien ne se perd, rien ne se crée...". Si on arrêtait de transformer l'énergie en plaisir, de libérer du co2 qui ne sera pas recapturé par des arbres qu'on a coupé pour produire plus de (viande?), on aurait pas a se suicider. Les animaux existent et ne pèsent pas sur les autres especes: il y a un équilibre.
Et nos grands parents vivaient en quasi autarcie en montagne en vivant sobrement. Le problème c'est nous, pas le chaos...

» Par Serge, il y a 8 jours

De quoi parles-tu ? Je parlais du second principe de la thermodynamique indiquant simplement que le désordre d'un système ne peut que croitre.
Le "rien ne se perd, rien ne se crée" de Lavoisier est grosso modo dans le 1er principe thermodynamique.
Tes grands parents ne vivaient pas en quasi autarcie mais survivaient, et souvent difficilement puisque les vallées alpines ont fournies des gros bataillons d'immigrés allant chercher ailleurs de quoi vivre. Ca fait une grosse différence.

» Par Serge, il y a 8 jours


En produisant toi même ou en consommant local, tu évites en plus le transport qui est une grosse partie du problème.

Tu as raison que la limitation du transport est un des points positifs. Mais, va donc demander à des parisiens d’élever des poules. Au prix du m2 parisiens, les poules vont devoir pondre de l'or pour que cela soit jouable.
Ca n'existe pas plus en local.

Néanmoins, le transport n'est pas le seul problème.
Pour élever des poules, j'ai du construire un poulailler. Cela a coût écologique. Compte tenu que le rendement de ce poulailler est 10-100 fois moins bons que celui d'un poulailler industriel, il est possible, voir probable que l'éco-bilan ramené au kg de viande fourni ou à l'oeuf soit moins bons dans mon poulailler.
Le problème n'est pas d'avoir 2 oeuf par jours pour ma consommation personnelle. Le problème est de fournir des oeufs à 60 millions de français. Dans ce cadre, il est préférable d'améliorer les rendements, d'automatiser et donc industrialiser.

» Par Raphi73, il y a 4 jours

Le "problème" est le nombre d'humains qui ne cesse de croître et qui aspire à un ventre bien remplit.. Si nous serions 500 millions "seulement", alors peut être pourrions nous tous vivre sans "tirer sur la corde"..
Faut pas trop s'en faire, tout cela va se réguler..forcement...
Chez les autres espèces, c'est déja le cas depuis des milliers d'années..
Notre tour viendra ;-) .

» Par Vivagel, il y a 4 jours

Oui mais avec la suite du progrès technologique et de la hausse du niveau de vie, un jour ces 500 millions seront aussi trop à leur tour.
Et alors un lettré du futur dira ; "si que c'est qu'on serions 50 millions seulement alors on pouvera vivre mieux".